samedi 12 janvier 2008

Où est passé mon clitoris?

Il est difficile d'établir l'histoire de la sexualité féminine. Très peu de texte en parle, l'important était sa fécondité, pas son plaisir. Les rares ouvrages à notre disposition restent des écrits masculins et nous ne retrouvons que l'idée que l'homme se fait de sa sexualité.
Ce qui est sur en revanche c'est de s'imaginer qu'elle a "progressé". L'acte de jouir ne change pas au fil des siècles, les moeurs si! Nous ne sommes pas à l'apogée de la révolution sexuelle résultat d'un long processus. La femme n'a pas attendu le XXIème siècle pour pouvoir jouir avec son sexe!

Une des plus grande bêtise de notre siècle, (enfin du siècle dernier) c'est de croire qu'on a découvert le clitoris et le plaisir qu'il procure! En voilà une découverte! Hippocrate en connaissait déjà les vertus. Il n'avait pas échappé non plus à la vigilance de Sade. Aurions nous été frappé d'amnésie au fil des siècles? Pourquoi l'homme a t-il omis de mettre le nez dans nos affaires et pourquoi n'avons nous rien demandé?


Évidemment la réponse n'est pas simple, mais dans les textes de Saint Augustin on peut déjà trouver un début de réponse: " Sans la satisfaction qu'il tire de l'accouplement, comment l'homme consentirait-il à mettre ce membre qui lui est si cher dans le sillon féminin, sans égard aux immondices et ordures qui passent par ce cloaque" ou alors " nous naissons entre l'urine et les fesses"


Archaïque l'image du sexe de la femme qui est sale et qui sent le poisson? Parce qu'elle s'en sert pour faire pipi, que le rectum n'est pas loin et horreur!! parce qu'elle a ses règles tous les mois? Je me souviens d'un jeune homme, (qui fut mon amant dix minutes étant donné sa réaction) à qui j'ai demandé de descendre en bas et qui n'a pas pu cacher une grimace de dégoût. Devant mon étonnement, il m'a tout simplement répondu qu'il ne pouvait pas, que c'était sale (!!!)

Qu'on se le dise: la pénétration n'est pas le moyen idéal pour une femme d'arriver à l'orgasme! Encore aujourd'hui on nous bassine avec notre vagin! En 1950, Ernest Gräfenberg découvre le point G, une petite zone érogène qui doit se situer sur la face antérieur de notre vagin et qui est, selon lui, à l'origine de l'excitation sexuelle et du plaisir. Je demanderai bien au docteur Gräfenberg de venir chercher mon point G si je n'étais pas persuadée de l'improbabilité de son existence. Le vagin est un organe peu innervé et ceci en prévision de l'accouchement; la nature est bien faite...


Le clitoris est lui, l'organe le plus innervé du corps et sa fonction est uniquement le plaisir. J'ai trouvé sur le site "le clitoris, ce cher inconnu" (http://www.clitoris-film.com/pedagogique.html) une explication claire: "Anatomiquement, il est loin de ressembler à ce qui est communément admis, il convient d’ailleurs de parler de complexe clitoridien plus que de clitoris : il mesure jusqu’à 8 cm, la partie externe, recouverte par un capuchon à la commissure ventrale des petites lèvres, se recourbe en direction dorsale et se prolonge, scindé en 2 longues racines, le long de l’os du pubis de chaque côté de la vulve et de l’orifice vaginal. Fonctionnellement, il est admis aujourd’hui que si 30 % des femmes ont un orgasme lors d’un rapport sexuel, cela signifie que pour les 70 % restants, le clitoris n’a pu jouer son rôle. Dans tous les cas, lorsque l’orgasme survient, c’est que le complexe clitoridien a été stimulé soit directement soit à travers la paroi du vagin"



Souvenez vous que la sexualité féminine reste toujours une question et que la réapparition du clitoris dans le débat peut être éphémère. Le droit pour une femme de jouir a connu des alternances selon l'époque et les cultures entre émancipation (toujours assez relative) et une grande répression. Inutile de rappeler que dans certain pays l'excision existe toujours et reste un rite "purificateur" pour la femme.

3 commentaires:

TBS a dit…

Ce qui fait peur dans le plaisir de la femme c'est qu'il est invisible: bah oui point d'organe qui se gonfle visiblement de sang (même si le clitoris s'enfle aussi de la même manière...mais il est plus discret), point de substance visible et synonyme de jouissance (même si il existe des "femmes fontaines"...). Bref pour les hommes qui ont l'habitude depuis tout petit de se mesurer, de se comparer dans le visuel (ça commence par je chui le plus fort puis ça continue par j'ai la plus grosse pour finir par "HA! Jchui une bête, g mis la dose!")...Le plaisir et surtout l'orgasme féminin doivent être effrayants: point de visuel à moins de regarder de près ou d'avoir des doigts de fée... ;-)
L'orgasme féminin a quelque chose de diabolique!

Chaminou a dit…

Ah, enfin quelques bonnes paroles ! Je serais ravie de vous voir vous exprimer ici > http://www1.france-jeunes.net/discut.php?tid=222&tid2=815106 (cf. les derniers commentaires)

frenchi971 a dit…

c'est la 1ere fois que je viens sur ton blog mais tu abordes des sujets qui m'interressent. d'accord aussi avec tbs