vendredi 21 mars 2008

Le misogyne du mois de mars 2008 est...(et carrement misandre aussi)

Le misogyne du mois de mars 2008 est....

Eric Zemmour (impossible de ne pas le nommer) pour son livre le Premier Sexe.

A celui de misogyne du mois de mars, on peut rajouter également le titre de misandre de l'année ( oui, je le réservais à Valérie Solanas mais je dois dire qu'à la lecture de son livre j'ai du réviser mon jugement!)

Éric Zemmour est nostalgique du bon vieux temps où les hommes étaient des vrais mecs, des brutes guidées par des instincts de mort à la recherche de leur bon plaisir, des hommes qui n'avaient pas honte de leur virilité et qui offraient leurs femmes à leurs compagnons en les tirant par les cheveux!

Que sont devenus les hommes selon Éric Zemmour? Des "lopettes" qui reconnaissent et s'occupent de leurs enfants, qui leurs donnent le biberon, changent les couches et aiment ça! Des "tarlouzes" qui tombent amoureux, font l'amour à leurs femmes plutôt que de les sauter, cherchent à se mettre en couple par amour, s'épilent les dessous de bras pour les séduire, les respectent et préfèrent le dialogue à la violence.

P32 et 33 on peut lire: "Le poil est une trace, un marqueur, un symbole. De notre passé d'homme des cavernes, de notre bestialité, de notre virilité. De la différence des sexes. Il nous rappelle que la virilité va de pair avec la violence, que l'homme est un prédateur sexuel, un conquérant"

P 67: "Dans les sociétés patriarcales traditionnelles, on avait pris actes de cette dichotomie ( N d A: division entre mariage et vie sexuelle) Il y avait les épouses pour le mariage et les enfants; les maîtresses pour l'amour; les courtisanes et le bordel pour le plaisir. Chacune de ces femmes faisait un sacrifice: l'épouse avait la sécurité et le statut social, le respect, mais rarement le plaisir et le romantisme des sentiments; la maîtresse, courtisane ou non, avait celui-ci et parfois même le plaisir, mais pas la sécurité ni le statut social ; la prostituée semblait la moins bien servie mais elle avait l'argent, parfois elle avait même l'amour...
Seul l'homme parvenait, ravi, à rassembler ce kaléidoscope; il avait tout ce dont il rêvait mais en plusieurs personne. Et ça l'arrangeait"

Éric Zemmour regrette le temps béni où la femme n'avait rien à dire en dehors de son foyer, Il applaudit la Révolution française d'avoir avorté son émancipation, p91: "Ainsi, quand on nous serine aujourd'hui que la France est en retard, qu'elle n'a donné le droit de vote aux femmes qu'en 1944, que notre classe politique est la moins féminisée d'Europe, on fait fausse route: nous sommes en retard parce que nous fûmes en avance; la République a renvoyé les femmes à leurs casseroles parce que la monarchie les en avait sorties"

Selon Éric Zemmour nous vivons une période détestable où l'homme (toujours le vrai) oublie qu'il doit dominer les autres, subordonner ses voisins (nostalgique de la période coloniale de la France?), faire la guerre, être violent et autoritaire! C'est dans son instinct de mâle d'être ce que les femmes appellent un sauvage!

Je suis sure que les hommes (les faux donc) apprécieront ce joli portrait!

5 commentaires:

TBS a dit…

Hum, il est charmant ce monsieur... c'est le genre d'homme à dire "Non, ma femme ne me fait pas de fellation, c'est tout de même la bouche qui embrasse mes enfants!"...

Madelaine a dit…

et à rajouter derriere: il y a une espèce de femmes faites pour ça!!
Il y a des femmes qui sont faites pour être des mères et d'autres pour être des putes!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!arggggggggggggggggggg!!!!!!!!!!
je lui casserai bien la gueule!!!!

Sihaya a dit…

Autodafé! Au bûcher! Autodafé! Au bûcher!

:-D
Sur la continuité de mon humeur n'est-ce pas. Et... en parlant de ça... j'ai un billet dans mon flux rss qui n'existe plus sur ton blog... Tu sais, un billet où tu fais plein de points d'exclamation avec des onomatopées rugissantes tout ça?

Bref, tu m'as fait rire, c'est déjà ça!

;-)

Madelaine a dit…

bah c'etait un billet d'humeur d'un jour où j'en avais marre alors je me suis defoulée (d'où les onomatopées) mais qui n'avait pas d'interet sauf celui de l'avoir écrit... Je l'ai donc suprimé

Olympe a dit…

il semblerait que ce genre de bouquin se vende bien. je reste étonnée de voir à quel point les (pas tous heureusement)hommes ont peur des femmes et le besoin qu'ils ont de se rassurer.