lundi 15 décembre 2008

Pendant ce temps au bangladesh

La Dr Humayra Abedin, retenue prisonnière par ses parents et internée de force dans un hôpital psychiatrique vient d'être libérée de leur tutelle par le tribunal de Dhaka (Bangladesh).

Dr Humayra Abedin

Cette jeune femme de 33 ans, médecin, exerçait son métier depuis six ans dans l'est de Londres. Le 2 août dernier, elle part au Bangladesh rejoindre sa mère qu'elle pensait gravement malade comme lui avaient affirmé ses proches. Elle devait rester trois jours.


Des son arrivée, sa famille lui confisque son passeport, ses papiers, son billet d'avion retour et l'enferme à la maison dans l'espoir de la marier de force.
Quand ses amis ne la revoient pas revenir comme prévu à Londres, ils s'inquiètent et cherchent à joindre la jeune femme. Finalement Humayra arrive à communiquer par mail avec ses amis et les informe de sa situation. Ils vont lancer une procédure et lui trouver une avocate.


Convoqués par le tribunal familial de Dakha et fatigués des questions de la police, les parents de Humayra vont l'interner de force dans un hôpital psychiatrique pour l'empêcher de plaider sa cause.
Sara Hossein, l'avocate d'Humayra a réussi à convaincre le tribunal d'obliger les parents à faire sortir leur fille de l'hôpital, à lui rendre ses papiers et son billet d'avion afin qu'elle puisse rentrer en Angleterre.


Les parents extrêmement déçus ont pleuré à l’annonce du jugement et ont mis plus de quatre heures avant de se résigner à faire sortir leur fille.


La Grande Bretagne a recensé plus de 1300 cas de ce type depuis le début de l’année. Généralement les familles impliquées sont originaires de l’Inde, du Pakistan ou comme dans ce cas du Bangladesh.
Source: BBC One

10 commentaires:

Emelire a dit…

ça fait plaisir de lire que pour elle ça s'est bien terminé ... le réseau a fonctionné. Mais pour les autres, plus anonymes ... L'union fait la force, au féminin aussi. la preuve...

Madelaine a dit…

Elle s'en est sortie parce qu'elle avait des amis qui s'inquietaient pour elle et qu'elle ne vivait plus au bangladesh...
Si elle etait restée vivre dans son pays elle n'aurait pas pu se soustraire à la olonté de ses parents. Combien de jeunes filles comme elle,n'ont pas eu cette chance?...

ophelie a dit…

des chiffres à verifier. Combien sont elles? ne serait ce qu'en France?

lucia mel a dit…

merci de nous informer de toutes ces choses.

MademoiselleSix a dit…

Le plus triste, je trouve, c'est de réaliser que les parents de cette jeune femme ont agi "par amour" c'est à dire selon leur vision de l'amour aqui n'est pas la nôtre et qui me révolte. Il y a des pays (je le savais pour l'Inde mais pas pour le Bangladesh, donc merci de m'avoir informée)où l'on n'existe que par relation aux hommes, filiation ou mariage. Ils devaient sans doute, donc , ces parents, penser oeuvrer pour le bien commun, ce qui montre aussi à quel point on peut en venir à une absence cruelle de communication familiale quand on s'expatrie.
Ravie d'avoir découvert votre blog.

bob a dit…

Non, non, ses parents n'ont pas fait ça par amour pais parce qu'ils ont besoin de fric.

Anonyme a dit…

@ BOB, c'est'y pas du pur èsclavage ça ? :-(
andre

Anonyme a dit…

很棒的分享~留言支持!..................................................

Anonyme a dit…

培養健全孩子最好的方法是父母先成為健全的人。.........................

Euterpe a dit…

Très intéressant, ce blog. Oui le Bangladesh est un pays "à la pointe" de la répression des femmes. C'est le moment de lire Taslima Nasreen qui y est née. Elle en dénonce avec violence et amertume la condition féminine. Et il y a de quoi.